La pièce de 1 Euro croate affiche une martre

Jan 4, 2023
  • EUR/USD 1.0575
  • DOW JONES 33’136.37
  • USD/CHF0.9315
  • SMI 10’978.64
  • EUR/CHF 0.9850
  • WTI CRUDE OIL 76.45
  • USD/RUB 73.00
  • XAU/USD 1'850.00
La parité EUR/USD est restée stable pendant les fêtes avant de retrouver une certaine vola...

La parité EUR/USD est restée stable pendant les fêtes avant de retrouver une certaine volatilité hier avec la reprise des marchés. L’Euro a fluctué entre 1.0575 et 1.0700 depuis le 20 décembre mais a connu une brusque chute hier matin perdant plus de 100 points en quelques minutes. Le mouvement a été exacerbé par le manque de liquidité. Alors que la monnaie unique, le franc et la livre anglaise subissait un fort recul le Yen japonais a pu lui consolider ses gains enregistrés sur les derniers jours de 2022. Il fallait moins de 130 yen pour un dollar hier matin, un niveau plus vu depuis août l’année passée. Il avait ensuite touché 151.95 au plus bas le 21 octobre. Les interventions massives et répétées de la Banque du Japon ont eu raison de la vague spéculative qui poussait la devise nippone sur des niveaux plus atteints depuis 1990. Un nouveau facteur est intervenu en faveur du Yen en fin d’année. Les spéculations concernant un possible changement d’attitude de la Banque du Japon en termes de politique monétaire courent les marchés. Lors de la réunion des 19 et 20 décembre dernier, la BOJ avait maintenu sa politique ultra-accommodante mais avait surpris en modifiant sa politique de contrôle des rendements obligataires, permettant aux taux d'intérêt à long terme d'augmenter davantage. Le rendement à 10 ans des obligations japonaises qui a évolué toute l’année passée entre 0 et 0.25 % s’envolait les derniers jours pour atteindre 0.4650 %. Le rendement à 2 ans, à 0.038%, évolue à nouveau en territoire positif ce qui n’était plus arrivé depuis le dernier trimestre 2015.


La BNS a publié vendredi passé le détail de son activité au troisième trimestre sur le marché des changes. En vendant pour l’équivalent de 739 millions de francs en devises étrangères entre juillet et septembre, la Banque Nationale Suisse est intervenue plus massivement sur le marché des changes qu'au précédent trimestre afin de soutenir le franc. Lors de sa dernière réunion de politique monétaire le 15 décembre, la BNS avait indiqué qu'elle était « disposée à être active au besoin sur le marché des changes afin de garantir des conditions monétaires appropriées ». Entre juillet et septembre, l'institut d'émission a donc vendu de devises étrangères pour 739 millions de francs, selon les statistiques publiées vendredi. Le trimestre précédent, elle n'avait injecté que l'équivalent de 5 millions sur le marché et au premier trimestre la banque centrale helvétique avait encore acquis pour 5,7 milliards de monnaies étrangères. Sur l'ensemble de 2021, la BNS avait racheté pour 21,1 milliards de francs de devises étrangères afin d’empêcher une revalorisation trop rapide de notre monnaie. Ces chiffres démontrent le changement de stratégie de la banque qui après des années d’interventions pour contrer un franc fort, favorise désormais une revalorisation de celui-ci pour contenir l’inflation.


Le 1er janvier 2023, la Croatie a intégré la zone euro. Indépendante depuis 1991 à la suite de l’éclatement de l’ancienne Yougoslavie, membre de l’Union Européenne depuis 2013, la Croatie (3,9 millions d’habitants) devient le 20e pays à adopter cette monnaie. La transition avait commencé dès le mois de juin passé lorsque l’Eurogroupe avait estimé que le pays des balkans satisfaisait aux critères d’adhésion en termes de discipline budgétaire et de politique monétaire. Le gouvernement vient d’adopter un premier budget libellé dans la devise européenne pour 2023. Le déficit est prévu à 2,3 % du produit intérieur brut et la dette publique à 70 % de ce même produit intérieur brut. Les commerces doivent afficher les prix en Kuna et en Euro jusqu’à la fin 2023. Le cours avait été fixé à 7.5345 Kuna pour un Euro. Comme le veut la règle, chaque pays frappe ses pièces de monnaie avec des effigies locales. Les Croates ont choisi celle de la martre, animal emblématique du pays, pour celle de 1 Euro. Le motif représente la martre sauvage, ou kuna, un petit carnassier appartenant à la famille de la belette. Sa fourrure, recherchée au Moyen Âge, servait de pièce d’échange. La Kuna est donc un symbole des débuts du commerce et du troc. La monnaie nationale a pris ensuite son nom.


Après une année 2022 catastrophique qui a vu toutes les places boursières s’enfoncer dans le rouge mis à part Londres qui clôture tout juste à l’équilibre, l’année 2023 commence en positif en Europe après deux séances. L'envolée de l'inflation, le durcissement monétaire quasi généralisé, la dégradation de la conjoncture économique et le conflit en Ukraine auront lourdement pesé sur les indices l’an passé. Et il est fort probable que les mêmes thèmes seront à la une pour 2023.


Le prix du baril de brut américain est passé sous la barre des 80 dollars hier pour sa première séance de cotation passant de 80.50 dollars à 76.15 ce matin sous l’effet d’un hiver doux en Europe et en Amérique du Nord. Le MWh de gaz coûte 72,00 EUR à Amsterdam, soit le prix le plus bas depuis février 2022.


Il faudra attendre les 1er et 2 février pour voir les premières réunions de politique monétaire des banques centrales. Cela sera le 1er pour la FED et le 2 pour la Banque Centrale Européenne et la Banque d’Angleterre. Celle de la Banque Nationale Suisse sera plus tard soit le 23 mars. Une exception majeure, la Banque du Japon qui elle se réunira le 18 janvier et qui sera particulièrement attendue après les décisions de décembre comme on l’a vu précédemment.