Euro: la fin des taux négatifs

Jul 27, 2022
  • EUR/USD1.0135
  • DOW JONES31’761.54
  • USD/CHF0.9620
  • SMI11’102.31
  • EUR/CHF0.9745
  • WTI CRUDE OIL95.63
  • USD/RUB60.37
  • XAU/USD1'719.00
La Banque Centrale Européenne a relevé ses taux, comme attendu, la semaine passée. C’était...

La Banque Centrale Européenne a relevé ses taux, comme attendu, la semaine passée. C’était l’ampleur de cet ajustement qui était encore incertain soit un quart ou un demi-pourcent. Elle a opté pour une hausse de 0.50 %. Premier acte visant à contrer une inflation en zone Euro qui à 8.6 % au mois de juin est à son plus haut historique. La Banque Centrale Européenne relèvera ses taux d'intérêt jusqu'à ce que l'inflation repasse sous son objectif de 2 %, a déclaré sa présidente Christine Lagarde. La BCE met fin ainsi à l’ère des taux négatifs en ramenant le taux des dépôts à 0 %. En plus du relèvement, elle a installé un nouveau programme d’urgence afin de protéger les pays les plus endettés de la zone. Ceci alors que le spread italo-allemand s’envolait suite à la démission de Mario Draghi en Italie. Mais le ciel ne s’est pas éclairci pour autant. Les prix du gaz et du pétrole sont en hausse après l'annonce du géant gazier russe Gazprom d'une réduction drastique, à 20 % des capacités, des livraisons de gaz à l'Europe pour une nouvelle fois en raison de maintenances. Du côté des statistiques., l'indice IFO reflétant la confiance des entrepreneurs allemands a atteint son plus bas niveau depuis juin 2020. Il s'affiche à 88,6 points, en recul de 3,6 par rapport aux 92,2 de juin. Le consensus se situait à 90,2. Là aussi, la hausse des prix de l'énergie et la crainte d'une pénurie de gaz pèsent sur le climat des affaires de l'Allemagne, première économie européenne. Dans l’immédiat, la décision de la BCE et son discours fort qui l’a accompagné ont permis à la monnaie unique de se ressaisir et de s’éloigner de la parité contre le dollar. Un redressement qui ne s’est pas produit contre le franc. La devise helvétique bénéficie toujours de fondamentaux économiques meilleurs par rapport à ceux de la zone euro. C’est à dire une inflation plus faible, une croissance plus dynamique, un taux de chômage bas et le fait que la BNS ne considère plus notre devise comme surévaluée. Dès lors le cours EUR/CHF n’arrive pas à revenir à la parité et au contraire continue de baisser.


Tous les regards se tournent désormais vers la FED qui termine aujourd’hui une réunion de deux jours. La majorité des sondages, 80 %, estime que la Réserve Fédérale va relever à nouveau massivement son taux de base. On s’attend à une hausse de 75 points mais les autres 20 % se prononcent même pour un relèvement de 100 points. Le taux Fed Funds est fixé actuellement dans une fourchette de 1.50 à 1.75 % et les futures anticipent un niveau médian de 2.55 % pour septembre et de 3.35 % pour décembre corroborant ainsi les anticipations du marché en faveur de relèvements significatifs du coût de l’argent. Jerome Powell aura surtout à répondre aux questions de craintes de récession que ces hausses de taux font planer. Sa réponse est très attendue.


Au Royaume-Uni les préoccupations au sujet de l’inflation sont les mêmes voir plus vives encore qu’aux Etats-Unis ou en Europe. Le coût de la vie est de plus en plus cher. Les prix à la consommation ont augmenté de 9,4 % sur base annuelle en juin, un nouveau record depuis 40 ans. En mai, l'inflation avait atteint 9,1 % et la Banque d'Angleterre estime même que les prix pourraient encore augmenter jusqu'à 11 % d'ici la fin de l'année. Le marché s’attend désormais à un relèvement de 0.50 % à l’occasion de la réunion de la politique monétaire de la semaine prochaine. La course à la succession de Boris Johnson continue et plus que deux candidats demeurent en lice. Rishi Sunak, l’ancien Chancelier de l’Echiquier, et Liz Truss Secrétaire d'État aux Affaires étrangères. Sunak est considéré comme le candidat de la continuité alors qu’avec Truss, les taux seraient plus susceptibles de monter rapidement selon un sondage Bloomberg. Le plan économique de Mme Truss est plus enclin à favoriser l’inflation en promettant des réductions de taxes immédiates. Une mesure qui stimulerait certes l’économie mais boosterait aussi l’inflation alors que Rishi Sunak est aussi favorable à une baisse des taxes mais plus tard lorsque la situation se sera stabilisée, probablement pas avant l’automne 2023 selon ce même sondage.


La Banque Centrale de Russie a surpris le marché en abaissant, vendredi, son taux directeur de 9.5 % à 8 % soit un niveau inférieur à ce qu’il était avant le début de la guerre en Ukraine. La bonne tenue du Rouble et le recul de l’inflation ont permis à la CBR de procéder à cet abaissement dont le but est bien évidemment de soutenir une économie mise à mal par les sanctions occidentales. Le FMI a néanmoins révisé ses prévisions du PIB de la Russie à la Hausse. Il estime que le recul de la croissance sera moins marqué qu’attendu et devrait se trouver aux alentours de – 6 % contre un recul de plus de 8 % précédemment.


Le prix de l'or a fortement souffert en 2022, le cours à chuté d'environ 20 % par rapport aux sommets atteint le 8 mars à 2’070.44 dollars par once. Le principal moteur de la baisse actuelle de l'or est la vague de resserrement monétaire quasi généralisé des banques centrales. La hausse des rendements n’incite bien évidemment pas à se réfugier sur le métal jaune qui ne rapporte rien. Comme ce mouvement semble devoir durer, en tout cas en 2022, on peut se demander ce qui pourrait venir au secours de l’or. Si une récession se matérialisait, cela serait un catalyseur pour un éventuel retournement de tendance. Un ralentissement pousserait la Fed à réduire ou à suspendre son resserrement monétaire, ce qui entraînerait certainement une baisse du dollar. L'or a fait un double sommet au-dessus de 2'000 dollars l’once et a ensuite cassé une ligne de tendance haussière en place depuis 2019. Le prix teste maintenant le support majeur à 1'700 dollars formé par les bas de 2021. Si le niveau devait céder cela ouvrirait la voie à une chute potentielle vers les plus bas de 2020 autour de 1'450 dollars l'once.