Une question de petits points !

Aug 18, 2021
  • EUR/USD 1.1720
  • DOW JONES 35,343.28
  • USD/CHF 0.9140
  • SMI 12,477.44
  • EUR/CHF   1.0713
  • CRUDE OIL 66.80
  • USD/RUB 73.40
  • XAU/USD 1,792.00
Tout est une question de petits points !
...


Tout est une question de petits points !


A 1.1706 mercredi passé, la parité EUR/USD s’est arrêtée à 2 points de son plus bas de 2021 établi le 31 mars à 1.1704. Porté par les bons chiffres de l’emploi aux Etats-Unis, il semblait acquis que le dollar allait casser la barre des 1.1700. Mais la progression du billet vert contre la monnaie unique a été stoppée net par la publication de l’indice des prix à la consommation mercredi et celui de la confiance des consommateurs vendredi. La hausse des prix s’est modérée en juillet. L’indice des prix à la consommation a augmenté de 0,5 % en un mois après un bond de 0,9 % en juin. Sur un an la hausse des prix s’affiche à 5,4 %. Hors énergie et produits alimentaires, l’inflation de base a progressé de 0,3 % sur un mois, soit le rythme le plus faible depuis le mois de mars reculant ainsi à 4,3 % sur un an. L’inflation demeure donc élevée mais ces chiffres sont restés inférieurs aux attentes du marché et alimentent le débat sur la durée de cette phase d’inflation. Une pression inflationniste qui durerait renforcerait les attentes selon lesquelles la Fed commencera à réduire ses rachats d’actifs plus rapidement qu’escompté et comme demandé par certains membres du Directoire. A l’inverse, si la hausse des prix connaît une vraie accalmie, cela donnerait raison au discours officiel de la FED et la pression sur la banque centrale pourrait devenir moins forte repoussant ainsi une normalisation de la politique monétaire américaine. Une autre publication économique est aussi venue, vendredi, plomber la devise américaine. L’indice du sentiment des consommateurs tel que calculé par l’université du Michigan a fortement chuté à 70.2 points contre 81.2 le mois précédent. Et 32 % des consommateurs pensent désormais que l’économie américaine va s’améliorer contre 45 % en juillet et 50 % en juin. Mais donc exactement une semaine après le précédent commentaire, la parité est de retour sur les plus bas de l’année et comme tout est une question de petits points elle a cette nuit établi une nouvelle marque pour 2021 à 1.1702. Cette fois-ci 2 points en-dessous de la précédente de 1.1704


Après être remontée jusqu’à 1,0840 vendredi, la paire EUR/CHF a été tirée à la baisse par un sentiment d’aversion au risque resurgit suite à la forte propagation du variant Delta dans le monde, des chiffres économiques chinois décevant et une résurgence de l’instabilité au Moyen-Orient consécutive au retour en force des talibans en Afghanistan. Ce retour au pouvoir pouvant représenter une menace pour les pays voisins. Le franc se traite au plus haut depuis 9 mois juste au-dessus des 1.07 franc. La publication, lundi, des dépôts à vue auprès de la Banque Nationale laisse voir que l’institut est fortement intervenu ce mois-ci pour défendre le niveau de 1.0700 tant les premiers jours d’août que la semaine passée. Sans atteindre les volumes de mars 2020, les dépôts à vue se sont accrus de plus de 1 milliard de francs à chacune des deux premières semaines du mois. Et tout porte à croire que ces interventions continuent cette semaine. Cela démontre que la zone de 1.0700 représente pour l’instant une première sorte de ligne rouge que la BNS ne souhaite pas voir franchie.


La Nouvelle-Zélande a annoncé qu’un nouveau foyer de Covid avait été découvert à Auckland, le premier depuis six mois, et tout le pays est re-confiné dès aujourd’hui. Cette annonce a décidé la Banque Centrale de Nouvelle-Zélande de ne pas procéder à un relèvement de son taux directeur, l’OCR, lors de sa réunion de politique monétaire ce matin alors que cela était largement attendu. Il demeure donc à 0.25 % mais la banque a clairement laissé entendre que c’était partie remise et un tel ajustement se ferait cette année encore. Avec ce report elle a révisé ses anticipations pour l’OCR sur les trimestres à venir. Elle le voit désormais à 0.60 % au 4ème trimestre 2021 à 1.15 % au 2ème 2022 et à 1.60 % en décembre 2022.


Le dollar australien a perdu du terrain contre le dollar américain à cause de la situation en Nouvelle-Zélande et de la publication du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la banque centrale. L’institut cite les récentes poussées de cas de Covid qui ont entravé la reprise et il préfère agir dans la prudence. La réduction des achats d’obligations (QE) prévue pour septembre pourrait donc ainsi être repoussée à 2022.


Le sujet le plus important à l’agenda des jours prochains est la publication, ce soir, des minutes de la dernière réunion de politique monétaire de la FED qui s’était tenu en juillet. Cette nuit encore, Rosengren et Kashkari, les deux membres de la FED, ont appelé a enclenché le processus de réduction des injections de liquidité (QE). Jerome Powell, le Président, de son côté a déclaré hier que la pandémie n’avait pas enlevé toutes les incertitudes qui planaient sur l’économie et qu’il n’y avait pas de nouveaux indices incitant un changement de ton. Le discours officiel de la FED reste que l’économie est sûr de bons rails mais demeure à risque, la hausse de l’inflation est temporaire et le marché de l’emploi n’a pas encore retrouvé son plein niveau justifiant ainsi le statuquo. Ces minutes devraient donc nous éclairer sur l’ampleur des débats au tour du sujet.