L’inflation confirme son ralentissement ; les regards se tournent vers la FED…

Dec 14, 2022
  • EUR/USD 1.0622
  • DOW JONES 34,109
  • USD/CHF0.9290
  • SMI 11,137
  • EUR/CHF0.9869
  • WTI CRUDE OIL75.36
  • USD/RUB 63
  • XAU/USD 1807
Ce soir, la banque fédérale américaine annoncera à l’issue de sa réunion de politique moné...

Ce soir, la banque fédérale américaine annoncera à l’issue de sa réunion de politique monétaire sa décision en matière de taux d’intérêt. Dans la foulée, la Banque centrale européenne, la Banque d’Angleterre et la BNS annonceront également leurs décisions cette semaine. Les marchés parient que ces institutions ralentiront le rythme de leurs hausses de taux à 50 points de base. Les quelques indicateurs économiques publiés vendredi incitaient les investisseurs à la prudence. Dans la zone euro, l’indice PMI composite des directeurs d’achats indique toujours une contraction de l’activité. En termes de croissance le PIB du troisième trimestre a été légèrement revu à la hausse (+0.3% contre +0.2%) mais une récession semble inévitable au quatrième trimestre. Aux Etats-Unis, l’indicateur PPI des prix à la production est ressorti vendredi plus élevé qu’espéré : en novembre les prix à la production étaient 7.4% plus élevés qu’il y a un an à la même période. C’est moins bien que la hausse de 7.2 % attendue par le marché mais cela reste mieux que le chiffre du mois d’Octobre qui était de 8.1 %. Cette embellie sur le front de l’inflation a été confirmée mardi par la publication de l’IPC américain. Les prix à la consommation ont augmenté de 0.1% en novembre, après une hausse de 0.4% en octobre. Sur une année, la progression ralentit à 7.1% contre 7.7% le mois précédent et 7.3 % prévus. C’est le plus bas niveau depuis décembre 2021. D'autre part, l'IPC de base a augmenté de 6,0% sur un an en novembre contre 6,3% le mois précédent. Cela représente en termes mensuels une hausse de 0,2% contre 0,3% le mois précédent. Ces deux augmentations sont également inférieures aux estimations. Ces chiffres en baisse et en dessous des attentes ont vu le marché vendre le billet vert. Ainsi, la paire USD/CHF a abandonné plus d'un centime à 0.9250 et l'EUR/USD a écarté la résistance à 1.06 pour se porter à un plus haut à 1.0673. Contre le JPY, la baisse est encore plus significative puisque la devise nipponne s'apprécie de 3 JPY à 134.66 au plus bas, après un plus haut à 137.97 dans la matinée. L'once d'or, tout comme le reste des métaux précieux, en a profité pour s'apprécier de $ 40 à 1'820 dollars par once. Les monnaies des antipodes en ont aussi profiter pour progresser, l'aussie s’affichant en hausse de 2.20% et le kiwi s'appréciant de 2%.


Ces bons chiffres de l'inflation n'ont toutefois pas modifié les attentes du marché : celui-ci s'attend toujours à un relèvement de 0.5% du taux directeur de la FED ce soir. L'institut devrait monter ses taux de 3.75% à 4.25% avant que les banques centrales suisse, anglaise et européenne ne fassent de même demain. Le marché attend également des hausses de taux de 0.5% pour ces trois banques centrales. La perspective de voir la FED moins agressive dans ses hausses de taux a favorisé la prise de risque et dopé le marché des actions. Les principaux indices boursiers européens et américains ont fortement progressé avant de réduire leurs gains sur des prises de bénéfices. Le marché obligataire était également orienté à la hausse. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a clôturé à 3.501% en baisse de 11 bps et le 2ans a perdu encore plus nettement -15.7 bps à 4.218%. En Europe, le rendement de l'emprunt d'État allemand à 10 ans a clôturé légèrement en baisse de 1.4 bps à 1.925% tout comme le rendement de la Confédération helvétique à 10 ans, également en baisse de 1.4 bps à 1.14%.


Dans le reste de l’actualité, Sam Bankman-Fried, star déchue des crypto monnaies, a été inculpé mardi par la justice américaine pour avoir escroqué les investisseurs qui avaient placé leur argent dans ses sociétés FTX et Alameda. Il a été appréhendé lundi soir à la demande des Etats-Unis aux Bahamas. L’archipel où il réside a décidé de le maintenir en détention dans l’attente d’une éventuelle extradition.


En Chine, le déclin économique et les manifestations ont eu raison de la politique zéro-covid. Les exportations ont chuté de 8.7 % en novembre sur un an, la plus forte baisse depuis mars 2020. Les exportations vers les Etats-Unis sont en baisse, et on note une forte chute des exportations d’équipements électroniques. De nombreux rapports font état d'une progression inquiétante du Covid ces derniers jours suite à la levée des principales mesures de confinement. Plusieurs grandes banques à Shanghai ont dû réduire leurs activités après que de nombreux traders aient contracté la maladie. Le volume des échanges USD/CNY est au plus bas de l'année. Les hôpitaux apparaissent surchargés et même le personnel hospitalier malade doit se porter présent, ce qui augmente la propagation du virus. Il semblerait que le Parti Communiste Chinois ait décidé de laisser circuler le virus et mise désormais sur une immunité collective.


Les stocks de pétrole brut ont mis fin à la série de quatre semaines de baisse cette semaine aux Etats-Unis, selon les données de l'American Petroleum Institute. Les stocks de brut américains ont augmenté de 14 millions de barils depuis le début de l'année. Mais dans le même temps, le brut stocké dans les réserves stratégiques du pays a diminué de près de 15 fois ce chiffre depuis le début de l'année, soit 211 millions de barils. Ainsi, le stock de pétrole brut est au plus bas depuis janvier 1984. Les prix du baril WTI ont augmenté mardi, le marché réagissant à la baisse de la production de brut de l'OPEP en novembre, selon le rapport mensuel sur le marché pétrolier de l'organisation. Le WTI s'échange ce matin à 75,36 $.