Les chiffres du chômage aux US moins bons que prévu

Feb 10, 2021
  • EUR/USD 1.2131
  • DOW JONES 31’375.83
  • USD/CHF 0.8911
  • SMI 10’803.67
  • EUR/CHF 1.0809
  • BRUT 58.28
  • USD/RUB 73.82
  • XAU/USD 1’845.80
Depuis le début de l’année, le dollar restait sur une tendance haussière, porté par des st...


Depuis le début de l’année, le dollar restait sur une tendance haussière, porté par des statistiques industrielles meilleures qu’en Europe, par le déploiement des vaccins et par les espoirs liés au plan de relance du président Biden. La progression des taux des bons du trésor américain, revenus à leurs niveaux pré-pandémie participait de cet optimisme et alimentait cette hausse du dollar. Cette dynamique s’est assez nettement interrompue vendredi dernier avec la publication de chiffres du chômage moins bons que prévu. Alors que l’on s’attendait à la création de 105,000 nouveaux emplois au moins de janvier, ce ne sont que 49,000 postes de travail, principalement dans le secteur public, qui ont été créés. Les chiffres des deux mois précédents ont également été révisés à la baisse, mettant en évidence la difficulté du secteur des services. Suite à cela, le billet vert, qui était repassé sous la barre des 1.20 contre l’euro (au plus haut à 1.1952 le 5 février) a connu un renversement de tendance pour s’établir désormais au-dessus de 1.21. Le rendement des obligations des Etats-Unis était quant à lui légèrement moins impacté par cette mauvaise nouvelle, Janet Yellen déclarant que les Etats-Unis pourraient espérer un retour au plein emploi en 2022 si le plan de relance était suffisamment important. Le taux à 10 ans touchait un maximum de 1.1981 % et le taux à 30 ans touchait les 2 % avant de se replier de nouveau, respectivement à 1.1586 % et 1.9493 %. Le plan de relance américain et son ampleur restent des sujets particulièrement observés par les marchés. Néanmoins certaines voix discordantes se font entendre, comme celle de l’économiste Larry Summers, pourtant proche du parti démocrate et qui avertit qu’un stimulus trop puissant pourrait engendrer une forte poussée inflationniste et un risque de bulle dans les marchés actions.


De l’autre côté de l’atlantique, on considère que le risque inflationniste reste modéré, malgré un rebond de l’inflation en janvier. Christine Lagarde considère cette hausse comme exceptionnelle et réaffirme sa volonté de soutenir massivement l’économie de la zone euro. Son prédécesseur à la tête de l’ECB, Mario Draghi a été désigné comme futur premier ministre de l’Italie et s’attelle désormais à la constitution d’une majorité parlementaire lui permettant de mettre en place un programme de réformes structurelles. Les marchés semblent apprécier cette perspective, le rendement du taux italien à 10 ans tombant à 0.5 %, le plus bas historique. Au plus fort de la crise l’année dernière, ce taux était proche des 3 %. La banque centrale de Suède a ce matin sa réunion de politique monétaire. Les marchés s’attendent à ce qu’elle laisse ses taux d’intérêts inchangés à 0 % et ne modifie pas son programme de rachats d’actifs. Il sera néanmoins intéressant de constater si les projections des futurs taux d’intérêts évoluent. Lors de sa dernière réunion fin novembre, la Riksbank projetait de laisser ses taux stables jusqu’à fin 2023.


Sur le marché des métaux, l’argent se reprend après une semaine l’ayant vu à un plus bas de 25.90 $.  Le métal blanc vaut désormais 27.37 $ l’once. L’or profite de la faiblesse du dollar pour rebondir à 1,845 $ et ne réagit pour le moment pas à la remontée des taux US. Mais ce matin, c’est le platinium qui vole la vedette, évoluant au plus haut depuis 6 ans. Ce métal précieux est parfois utilisé en bijouterie comme substitut à l’or ou pour construire des catalyseurs de moteurs permettant de respecter les nouveaux standards écologiques.


Le baril de brent franchit pour la première fois depuis un an la barre des 60 $ sous l’effet conjugué de nouvelles baisses de production et d’une diminution des investissements. L’or noir continue donc sa remontée et efface ses pertes de la pandémie, alors même que des restrictions de voyage restent en place dans de nombreux pays. Les devises liées au cours du brut telles que le CAD et le RUB en sont les principales bénéficiaires ces derniers jours.