Les banques centrales poursuivent leur resserrement, mais à un moindre rythme

Dec 21, 2022
  • EUR/USD 1.0632
  • DOW JONES32’849
  • USD/CHF 0.9265
  • SMI 10659
  • EUR/CHF 0.9851
  • WTI CRUDE OIL75.90
  • USD/RUB 70
  • XAU/USD 1816
Comme attendu, la Réserve fédérale américaine a relevé son taux directeur de 50 points de ...

Comme attendu, la Réserve fédérale américaine a relevé son taux directeur de 50 points de base mercredi dernier. La fourchette des taux s’établit désormais entre 4.25% et 4.50% après leur rehaussement de 75 points de base lors de chacune des quatre réunions précédentes. Dans le même temps, les nouvelles projections des membres de la Fed concernant les taux d’intérêt, qui annoncent un niveau de 5.1% en 2023, ont pris le marché par surprise. Le président de la Fed Jerome Powell a déclaré que la banque centrale procédera à de nouvelles hausses des taux l’an prochain malgré le risque de voir l’économie entrer en récession, car selon lui le coût serait plus élevé faute de garder l’inflation sous contrôle.


La Banque nationale suisse (BNS) a relevé son taux directeur de 50 points de base à 1.00% afin d’alléger les pressions inflationnistes. De nouvelles hausses de taux pourraient s’imposer à moyen terme. La BNS a également assuré qu’elle se tient prête à intervenir en cas d’affaiblissement du franc.


La Banque centrale européenne a décidé de ralentir le rythme du relèvement de ses taux d’intérêt, à 50 points de base contre 75 points de base lors de sa précédente réunion, les portant à 2.5%, tout en insistant sur le fait que le resserrement de sa politique est voué à se poursuivre.


En raison de l’augmentation des prix de l’énergie, la croissance de l’économie française devrait se limiter à seulement 0.3% l’an prochain, avant un rebond modéré de 1.2% en 2024 puis de 1.8% en 2025. Selon la banque centrale, l’activité devrait ainsi connaître deux phases distinctes : un net ralentissement à partir de cet hiver, suivi d’un apaisement des pressions inflationnistes et d’une reprise progressive vers une phase d’expansion économique en 2024 et surtout en 2025. La banque anticipe désormais un taux d’inflation harmonisé de 0.6% par an en moyenne en 2022 et 2023, avec un pic au premier semestre de l’an prochain et un reflux marqué par la suite.


La croissance réelle du produit intérieur brut de la Suisse devrait s’établir à 2.0% cette année et à seulement 0.7% l’an prochain, selon les prévisions économiques de l’institut KOF. En 2024, la croissance devrait atteindre 2.1%. En octobre, le KOF tablait encore sur un taux de croissance de 2.3% cette année. Ses prévisions pour 2023 et 2024 restent inchangées.


Mardi dernier, la Banque du Japon a décidé à l’unanimité de laisser son taux d’intérêt inchangé à -0.1% et de maintenir le taux des obligations à 10 ans aux alentours de 0%. Le conseil d’administration de la Banque élargira le plafond des emprunts d’Etat à 10 ans de 0.25% à 0.5%. Leur rendement a grimpé à 0.455%. Le yen s’est nettement apprécié, gagnant près de 3% à 133.15 par rapport au dollar. La monnaie japonaise a grimpé de 200 points à 0.6975 franc.


La monnaie russe a perdu 5.5% à 68.00 par rapport au dollar, son niveau le plus bas depuis le 6 mai. Le rouble avait atteint 139 par rapport au billet au début de la guerre, avant de remonter à 53.50 fin juin. Le rouble pâti du bas niveau des cours du pétrole, qui a pour effet de réduire les recettes d’exportation.


Les cours du pétrole ont progressé hier pour le deuxième jour d’affilée du fait de l’affaiblissement du dollar, dans un marché qui reste en proie à l’incertitude. Le pétrole WTI a gagné 50 cents à 76.35 $ et le Brent s’est adjugé 40 cents à 80.20 $.


Suite au changement de politique de la Banque du Japon, les rendements des principaux emprunts d’Etat ont grimpé. Le rendement des obligations japonaises à 10 ans est resté inchangé à 0.40%. En revanche, le rendement du Bund allemand a gagné 9 points à 2.29%, celui des Gilts britanniques 9 points à 3.58% et le rendement de la Confédération helvétique est remonté de 10 points à 1.36%. Le rendement du T-Bond américain n’a pas fait exception et a augmenté de 13 points à 3.71%.