Le dollar de nouveau très faible

Sep 2, 2020
  • EUR/USD 1.1900
  • DOW JONES 28’645.66
  • USD/CHF 0.9115
  • SMI 10‘188.85
  • EUR/CHF 1.0830
  • BRUT 43.15
  • USD/RUB 73.75
  • XAU/USD 1’963.00
Le dollar est à nouveau plus faible contre les principales devises et la monnaie unique te...


Le dollar est à nouveau plus faible contre les principales devises et la monnaie unique tente de passer la barre des 1.2000. Elle l’a brièvement franchie hier pour la première fois depuis 2018. A l’occasion du symposium de  Jackson Hole, la Réserve fédérale américaine a dévoilé sa nouvelle stratégie de politique monétaire. En adaptant son objectif d’inflation, d’un objectif de 2 % à une moyenne de 2 % sur un cycle, elle se donne plus de flexibilité pour un retour au plein-emploi en cette période de tensions sociales.  Avec les niveaux de chômage et d’inflation actuels, la Fed pourra se montrer accommodante encore longtemps et ce même lorsque l’inflation dépassera 2 % ce qui a pesé sur le billet vert. Car avec cette nouvelle approche, comme l’a expliqué Jerome Powell «  l’inflation pourra rester un certain temps au-dessus de l’objectif de 2 % avant que la FED n’ait à agir en augmentant les taux d’intérêts ». Le Président de la banque centrale a répété, comme il le fait depuis des mois, que l’institution utiliserait toute « sa gamme d’outils pour soutenir l’économie ». Il s’est voulu rassurant, rappelant que l’économie était solide avant la pandémie. Le taux de chômage était à son plus bas niveau depuis 50 ans et les revenus des ménages en hausse. Cette conjoncture favorable avait aussi bénéficié aux minorités noires et hispaniques même si les écarts avec les blancs étaient toujours marqués. C’est donc cette nouvelle donne avec la perspective de taux très bas pour plusieurs années aux Etats-Unis qui a pesé sur le billet vert et favorisé Wall Street. Une politique de taux zéro que le Président Donald Trump appelait de ses vœux avant la pandémie.


Dans la zone euro, l’indice de sentiment économique s’est amélioré en août de 5,4 points à 87,7 points. Selon la Commission européenne, la confiance augmente dans l’industrie, le commerce de détail et les services. En Allemagne, le regain d’optimisme des entrepreneurs s’est poursuivi pour le quatrième mois consécutif. Mais les prix à la consommation ont baissé en août pour la première fois depuis plus de quatre ans en raison d’une baisse de la TVA prévue dans le cadre du plan de relance lancé par le gouvernement. L’inflation allemande a reculé de 0,2 % par rapport à juillet et de 0,1 % sur un an alors que les économistes l’attendaient stable.


En Suisse, le produit intérieur brut a plongé de 8,2 % au 2ème trimestre soit le plus fort recul depuis 1980. Selon le Secrétariat d’Etat à l’économie, la baisse cumulée sur les 2 premiers trimestres a atteint 10,5 %. Cependant, en comparaison internationale, la contraction demeure relativement contenue. Les raisons en sont multiples. Les mesures de confinement ont été moins sévères que dans d’autres pays comme l’Italie, l’Espagne ou la France. Plusieurs secteurs comme la construction ou financier n’ont pas cessé leurs activités. Et enfin les mesures de soutien à l’industrie et au commerce telles que le temps partiel ou les aides financières ont été mises en place immédiatement après leur annonce. La parité Euro franc évolue toujours en-dessus de 1.0700 et a même cassé momentanément la résistance technique de 1.0835-50. En cas de retour des tensions sur les marchés financiers, il faudra s’attendre à ce que la BNS intervienne pour freiner l’appréciation du franc mais pour l’instant le rebond de l’Euro fait les affaires de la banque centrale helvétique. Même si avec une progression de 1.6 milliard de francs à 701.6 milliards pour la semaine se terminant le 28 août, les avoirs à vue détenus semblent confirmer une présence constante de la banque centrale sur les marchés. Il s’agit de la onzième semaine consécutive de hausse.


La Banque Centrale d’Australie a gardé ses taux inchangés hier à l’occasion de sa réunion de politique monétaire.  A 0.25 %, le taux de base demeure donc à son plus bas historique. Elle a par contre surpris les marchés en augmentant le montant que les banques peuvent emprunter auprès d’elle à ce taux de 0.25 % pour trois ans. Le PIB du pays a été publié en recul de 7 % au deuxième trimestre ce matin. Il est inférieur aux attentes et négatif pour le deuxième trimestre consécutif ce qui plonge techniquement le pays en récession, la première depuis 29 ans.


L’once d’or profite de la faiblesse du billet vert pour retourner tester la barre des 2’000 dollars l’once après la période de prises de bénéfices et de consolidation qui l’a vu plonger, en cinq jours, de son record à 2’075 dollars le 7 août jusqu’à 1’863 dollars le 12.