Le bras-de-fer continue

Oct 21, 2020
  • EUR/USD 1.1860
  • DOW JONES 28’308.79
  • USD/CHF 0.9045
  • SMI 10‘146.23
  • EUR/CHF 1.0730
  • BRUT 41.40
  • USD/RUB 77.20
  • XAU/USD 1’919.00
Le billet vert a perdu du terrain en ce début de semaine contre la monnaie unique. Après ê...


Le billet vert a perdu du terrain en ce début de semaine contre la monnaie unique. Après être restée scotchée dans un range de 1.1650 1.1820 au mois d’octobre, la parité semble vouloir en sortir par le haut. Les négociations sur le nouveau plan d’aide économique continuent entre Nancy Pelosi et Steven Mnuchin mais pour l’instant les deux ont de la peine à trouver un terrain d’entente. Néanmoins Mme Pelosi a déclaré espérer une issue favorable pour la fin de la semaine. L’administration Trump a proposé un montant de 1’800 milliards de dollars alors que les démocrates restent fermes et réclament toujours 2’200 milliards. Les différents demeurent entre autres sur les aides que les démocrates souhaitent apporter aux classes les plus défavorisées, l’aide aux communautés locales à la protection des travailleurs ainsi que les subsides aux locaux locatifs. Les démocrates souhaitent un stimulus aussi large que possible alors que les républicains ne souhaitent pas augmenter de manière substantielle la dette fédérale.


Sur le front des pourparlers entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni sur le Brexit, les négociations sont toujours difficiles voire bloquées. Londres s’est déclaré ouvert à l’intensification de celles-ci, actuellement dans l’impasse, mais a répété que discuter n’avait de sens qu’en cas de changement de position des européens. Hors ceux-ci demeurent inflexible et le bras-de-fer continue. Le Gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, a déclaré être en faveur de mesures fortes plutôt que d’adopter une attitude prudente aux vues des incertitudes économiques auxquelles le pays doit faire face. L’économie britannique a reculé de 20 % pendant la pandémie, le pourcentage le plus élevé au sein des pays développés, et il s’attend à un recul de l’ordre de 10 % pour cette année. Dès lors le Gouverneur se dit prêt à déployer de nouvelles mesures, n’excluant pas des taux négatifs. C’est cette situation économique difficile et les incertitudes sur le Brexit qui ont amené Moody’s à rétrograder la note du pays de Aa2 à Aa3. La devise britannique cède quelque peu du terrain contre la monnaie unique et le franc à respectivement 0.9130 et 1.1750 mais se maintient proche des 1.3000 contre le dollar suite au repli de celui-ci en ce début de semaine.


Les difficultés sur ces négociations aux Etats-Unis et en Europe ainsi que l’évolution de la pandémie de covid-19 profitent au franc même si la Suisse n’est pas épargnée. Les investisseurs se réfugient sur notre monnaie et teste la détermination de la BNS sur la barre des 1,0700 contre l’Euro. Avec les taux à 10 ans de pays européens proches ou inférieurs aux taux longs de la Confédération, le Bund -0.587 % contre-0.565 %, tout est favorable pour que le franc reste soutenu.


La croissance en Chine a repris même si elle s’est affichée légèrement inférieure aux attentes. Le PIB a progressé de 2.7 % au troisième trimestre un peu en-dessous des attentes qui étaient de 3.3 %. La progression sur une base annuelle est de 4.9 %. Les importations ont flambé en septembre de 13,2 % sur un an, affichant leur plus forte hausse depuis le début de l’année. Dans le même temps, les exportations sont restées solides en hausse de 9,9 %. La production industrielle a progressé de 6.9 % et les ventes au détail de 3.3 % en septembre. Ces chiffres tendent à confirmer que la reprise économique du pays se poursuit.  Le directeur de la Banque Centrale de Chine s’est en tout cas déclaré optimiste pour une croissance positive en 2020 malgré la pandémie ce qui en ferait probablement la seule des principales économies mondiales. Conséquence de cette bonne performance la devise chinoise se renforce et en touchant 6.6278 CNH pour un dollar, ce matin, elle a atteint un niveau plus vu depuis juillet 2018.


Les cours du pétrole se tiennent aux alentours des 40 dollars le baril à l’issue de la réunion mensuelle des ministres de l’OPEP et de leurs alliés. Le cartel et ses alliés dont la Russie, ont confirmé que la baisse actuelle de 7,7 millions de barils par jour devrait être ramenée à 5,8 millions de barils dès janvier 2021. Le baril de brut WTI pour livraison décembre vaut 41.40 dollars ce matin et le Brent 42.80.