La Fed se réunit dans un contexte de crise ukrainienne

Mar 16, 2022
  •       EUR/USD  1.0968
  • DOW JONES 33’544
  •       USD/CHF  0.94
  • SMI 11’682
  •       EUR/CHF  1.031
  • WTI CRUDE OIL   98.60
  •       USD/RUB  118
  •       XAU/USD  1915
En Suisse, le taux de chômage a diminué en février, passant de 2,6% en janvier à 2,5%.
...


En Suisse, le taux de chômage a diminué en février, passant de 2,6% en janvier à 2,5%.


L’indice des prix à la consommation américain a poursuivi sa progression en février, atteignant 7.9% par rapport à l’année précédente, entraîné par la hausse des prix de l’essence (+6.6% par rapport à janvier). Cette inflation élevée persistante et la guerre en Ukraine pèsent sur le moral des consommateurs.


L’Inde réfléchit à la suite à donner à une proposition de la Russie de lui fournir du pétrole brut et d’autres matières premières à un prix réduit en contrepartie d’un système de paiement basé sur une partie de change rouble / roupie indienne. Les sanctions internationales à l’encontre de la Russie n’empêchent pas l’Inde d’importer du pétrole russe. La quantité de marchandises pouvant être importée n’a pas été pas spécifiée, ni le rabais proposé.


Même si l’invasion russe de l’Ukraine assombrit les perspectives économiques de la zone Euro, la BCE a décidé d’accélérer la suppression progressive de ses achats d’obligations, tout en se laissant le temps d’intervenir sur les taux. Les rendements des obligations souveraines de la zone Euro se sont envolés après l’annonce par la BCE de son intention de mettre fin à son programme d’achat d’obligations au troisième trimestre. Dans un premier temps, l’EUR s’est envolé à 1.1120 USD, mais la hausse a été de courte durée et la devise s’est rapidement repliée à 1.1000 USD. La BCE a relevé ses projections d’inflation tout en réduisant ses perspectives de croissance compte tenu de la hausse des prix des matières premières. Elle a noté que l’ajustement des taux d’intérêt prendrait «un certain temps» après la fin des achats d’obligations mais qu’il serait progressif.


Les principaux marchés financiers ont évolué dans des proportions contrastées la semaine dernière à mesure que le conflit entre la Russie et l’Ukraine s’est poursuivi. Les actions européennes, qui avaient fortement sous-performé en raison de leur plus grande exposition à la situation ukrainienne, ont réussi à rebondir, tandis que leurs homologues américaines ont reculé. Euro Stoxx 50 aujourd’hui à 3827.


La FED a entamé sa réunion hier et devrait relever d’un quart de point son taux directeur d’ici la fin de la journée. Le Monetary Policy Committee devrait également donner des indications sur le rythme des relèvements ainsi que sur l’objectif visé. Une mise à jour de ses prévisions de croissance du PIB, d’inflation et de chômage. Dans l’intervalle, l’USD consolide ses fondamentaux et oscille actuellement autour de 0.9400 contre le CHF. Les autres paires de devises ont peu évolué pendant la nuit.


Dans l’intervalle, les taux d’intérêt ont légèrement augmenté pour les bons du Trésor américain à 10 ans à 2.18% et le Bund allemand à 10 ans à 0.37%.


Treize hauts responsables américains, dont Joe Biden et son secrétaire d’État Antony Blinken, sont interdits d’entrée en Russie. Sur le plan alimentaire, la Russie a instauré des restrictions temporaires à l’exportation de certaines céréales. La Russie et l’Ukraine sont les principaux exportateurs de ces matières premières. Le marché est fortement perturbé par le conflit qui les oppose.


Le pétrole a fortement reculé sous l’effet d’une potentielle éclaircie dans les négociations entre l’Ukraine et la Russie, mais aussi d’un confinement à Shenzhen, centre technologique du sud de la Chine. Le WTI perd 10.55% à 98.50 USD le baril et le Brent recule de 9.95% à 102.90 dollars le baril.


Les marchés asiatiques se redressent aujourd’hui. Ces dernières bénéficient des valeurs technologiques chinoises, qui avaient été malmenées ces derniers jours, les investisseurs craignant que bon nombre d’entre elles ne soient interdites d’importation aux États-Unis. Le Hang Seng s’est apprécié de plus de 9%! Hors bourse, Alibaba a bondi de 20% après la déclaration du gouvernement chinois d’intervenir pour soutenir et maintenir la stabilité du marché dans un contexte de débâcle historique.