La BCE doit agir face à la hausse de l'inflation

Sep 7, 2022
  • EUR/USD0.9901
  • DOW JONES31’145
  • USD/CHF0.9845
  • SMI10785
  • EUR/CHF0.9748
  • WTI CRUDE OIL85.70
  • USD/RUB61.50
  • XAU/USD1700
Liz Truss, la chef du Parti conservateur britannique, est devenue la nouvelle Premier mini...

Liz Truss, la chef du Parti conservateur britannique, est devenue la nouvelle Premier ministre britannique. La livre sterling a progressé hier matin pour atteindre la marque de 1,1600 USD avant de retomber à 1,1560 USD.


De son côté, la Banque centrale européenne se réunira jeudi pour relever ses taux directeurs de 50 à 75 points de base.


L’inflation s’est encore accélérée dans la zone euro pour atteindre 9,1 % en base annuelle. La hausse des prix, largement alimentée par la hausse des coûts de l’énergie (+38,3 % sur un an), continue de peser sur le pouvoir d’achat des ménages.


Après un premier relèvement des taux plus important que prévu en juillet, la BCE pourrait à nouveau accélérer le rythme en annonçant jeudi une hausse de 75 points. Il importe que le public maintienne sa confiance dans la capacité de la BCE à préserver le pouvoir d’achat », a déclaré Isabel Schnabel, économiste et membre du Directoire de la BCE. La parité EUR/CHF évolue actuellement autour de 0,9760.


L’euro tombait sous les 0,99 USD hier, ouvrant à 0,9876, un nouveau plus bas depuis fin 2002. L’euro a fortement souffert des craintes de pénuries énergétiques après la fermeture du gazoduc Nord Stream 1 par la société russe Gazprom.


L’inflation en Turquie a passé la barre des 80 % en août, passant de 79,6 % en juillet à 80,21 % en base annuelle, son plus haut niveau depuis 1998. Le livre turque, qui a perdu près de 40 % de sa valeur par rapport au dollar cette année, s'échangeait à 18,21 USD ce matin. La banque centrale turque est la seule banque centrale à baisser ses taux, alors que l’inflation est devenue l’une des principales préoccupations économiques dans le monde.


La banque centrale australienne a relevé son taux directeur de 50 points de base, à 2,35 %. Il s’agit de la cinquième hausse des taux depuis mai.


L'Allemagne a débloqué 65 milliards en faveur des consommateurs pour amortir l'impact de la crise énergétique. L’inflation pourrait atteindre 10 % d’ici la fin de l’année.


Le yen japonais a atteint son plus bas niveau depuis 1998 par rapport au billet vert en chutant du jour au lendemain à 144,38 USD. La monnaie japonaise souffre de la politique monétaire de la BoJ alors que la plupart des autres grandes banques centrales ont toutes relevé leurs taux. Le JPY a perdu près d’un quart de sa valeur depuis le début de l’année.


Les exportations et les importations chinoises ont fortement ralenti en août, après la mise en place de nouvelles mesures contre l’épidémie de Covid. Les exportations n’ont augmenté que de 7,1 % (contre 18 % en juillet). Les importations se sont tassées (+0,3 %) reflétant le ralentissement de la consommation des ménages chinois.


La société russe Gazprom a annoncé hier qu’elle avait signé un accord avec la Chine en vertu duquel ses livraisons d’énergie seraient réglées en yuans et en roubles, et non en dollars. En outre, de nouveaux contrats de vente de gaz à long terme ont été signés portant sur la livraison de 10 milliards de mètres cubes par an.


Les marchés boursiers européens ont terminé sur un rebond modéré hier après une séance volatile, les investisseurs restants circonspects sur l’ampleur du relèvement attendu des taux de la BCE demain et sur l’évolution de la crise énergétique.


Wall Street a clôturé en baisse, après la publication de l’indice manufacturier et la hausse des rendements obligataires qui en a résulté. Le Nasdaq a enregistré sa 7e séance consécutive de baisse. En Asie, le Nikkei a cédé 0,71 % ce matin.


Les rendements des bons du Trésor ont fortement augmenté sur l’ensemble de la courbe des taux avec, pour certaines maturités, une hausse de plus de 15 points de base. Les bons du Trésor à 10 ans a ainsi terminé la séance à 3,348 %. En Europe, le marché commence à douter que la BCE relève ses taux de 75 points de base ce mois-ci, compte tenu de la fragilité de la situation économique dans la région. La volatilité reste élevée et les investisseurs sous pression. Le rendement des Bunds à 10 ans a ouvert la séance à 1,618 %. Les obligations souveraines britanniques à 10 ans ont franchi la barre des 3 % et s’établissent désormais à 3,07 %.