La BCE augmente ses taux d’intérêt de +0,75%.

Sep 14, 2022
  • EUR/USD0.9983
  • DOW JONES31’105
  • USD/CHF0.9611
  • SMI10890
  • EUR/CHF0.9595
  • WTI CRUDE OIL86.90
  • USD/RUB60
  • XAU/USD1702
Jeudi, la BCE a relevé ses taux directeurs de 75 points de base pour contrer l’inflation p...

Jeudi, la BCE a relevé ses taux directeurs de 75 points de base pour contrer l’inflation persistante. Pour le deuxième mois consécutif, l’indice S&P Composite des directeurs d’achat (PMI) a enregistré une baisse en août, à 48,9 points. Il affiche une contraction plus importante qu’en juillet, tant dans le secteur manufacturier que dans celui des services. Cette baisse s’explique notamment par une inflation élevée et un manque de visibilité économique.


Si la BCE et la Fed devraient l’une comme l’autre continuer d’augmenter leurs taux d’intérêt jusqu’au printemps prochain, des signes croissants laissent envisager que la BCE pourrait porter son taux de référence au-delà de 2 %, ce qui favoriserait une hausse de la monnaie unique.


Le PIB suisse a progressé de 0,3 % au deuxième trimestre (contre 0,5 % au trimestre précédent), soutenu notamment par la consommation privée (+1,4 %) et par les investissements en biens d’équipement (+2,6 %). La valeur ajoutée de l’hôtellerie et de la restauration a connu la plus forte progression au cours du trimestre (+12,2 %). En revanche, la construction (-1,7 %) et le commerce (-2,1 %) ont subi les plus fortes baisses.


Au deuxième trimestre, la croissance du PIB de la zone euro a été revue à la hausse à +0,8 %, contre +0,6% en première estimation. Sur un an, la croissance atteint 4,1 %, contre 3,9 % précédemment. La consommation des ménages (+1,3 %) affiche le même dynamisme qu’en Suisse, mais l’accélération de l’inflation et la baisse de la confiance laissent peu d’espoir pour l’avenir. En Allemagne, la production des secteurs à forte intensité énergétique s’est déjà fortement contractée en juillet, notamment la production de véhicules (-4,6 % sur un mois).


Aux États-Unis, l’indice des prix a légèrement augmenté de 0,1 % en août par rapport à juillet, alors que les économistes s’attendaient à une baisse de 0,1 %. En glissement annuel, le taux d’inflation s’est établi à 8,3 %, soit moins que les 8,5 % observés en juillet, mais plus que les 8,0 % attendus par le marché. Le dollar américain en a bénéficié et s’est apprécié de 0,9 % par rapport à un panier de devises. Les actions de la Réserve fédérale américaine inquiètent les investisseurs, ce qui entraîne une baisse des cours boursiers et une hausse du dollar.


Les prix du pétrole étaient sous pression au lendemain de la publication des chiffres de l’inflation américaine. Le baril de pétrole brut Brent s’est établi à 92,97 dollars. C’est 1,05 dollar de moins que la veille. Le prix du baril WTI a reculé de 0,54 dollar à 86,73 dollars.


L’inflation plus élevée que prévu a fait chuter considérablement les marchés boursiers américains. Le Nasdaq 100 a perdu 5,54 %. Le S&P 500 a quant à lui reculé de 4,32%. Le Dow Jones n’est pas en reste, enregistrant une baisse de 3,94 %.


L’indice ZEW, qui mesure les attentes des marchés en termes d’évolution économique, a chuté de 6,6 points à -61,9 en Allemagne. Contre toute attente, les mauvais résultats économiques constatés en Allemagne ont eux aussi pesé sur la monnaie unique. Le taux EUR/CHF a perdu 0,9 % depuis hier.


Le marché obligataire américain est passé dans le rouge sur l’ensemble de la courbe des taux américains. Les pressions s’intensifient sur la Fed pour qu’elle évalue s’il convient de relever les taux de 75 ou 100 points de base lors de sa prochaine réunion le 21 septembre. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a progressé à 3,41 % et le rendement à 2 ans a clôturé en hausse à 3,756 %, son niveau le plus élevé depuis 5 ans. Aujourd’hui, les marchés seront à nouveau mis à l’épreuve, avec la publication des prix à la production aux Etats-Unis. En Europe, le rendement du Bund à 10 ans a clôturé en hausse à 1,73 %.