Espagne: le premier pays en Europe a annoncer plus d’un million de contaminations

Oct 28, 2020
  • EUR/USD 1.1775
  • DOW JONES 27’463.19
  • USD/CHF 0.9100
  • SMI 9‘887.49
  • EUR/CHF 1.0715
  • BRUT 38.40
  • USD/RUB 77.80
  • XAU/USD 1’906.00
La parité EUR/USD était repassée sur les 1.1800 mais n’a pas trouvé l’impulsion suffisante...


La parité EUR/USD était repassée sur les 1.1800 mais n’a pas trouvé l’impulsion suffisante pour continuer sa progression s’arrêtant à 1.1880. La résurgence du COVID-19, en Europe, a entraîné de nouvelles restrictions sanitaires restreignant l’optimisme des investisseurs en faveur de la monnaie unique. L’Espagne, la France et l’Italie ont annoncé ce weekend de nouvelles mesures de lutte contre la pandémie suivis de l’Allemagne de Mme Merkel ce matin. Le gouvernement espagnol a annoncé un couvre-feu général de 23h à 6h du matin et un nouvel état d’alerte sanitaire pour les 15 prochains jours qui pourrait être prolongé de six mois. Le pays est le premier en Europe a annoncer plus d’un million de contaminations. En Italie, cinémas, théâtres, salles de gym et piscines vont devoir fermer jusqu’au 24 novembre. Certaines régions ont d’ailleurs déjà annoncé un couvre-feu. Des milliers de personnes sont descendues dans la rue lundi soir en Italie. Elles protestaient contre la fermeture prématurée des restaurants et des bars pour tenter d’endiguer la propagation du Covid-19 et des rassemblements ont dégénéré à Turin et à Milan. Des cocktails Molotov ont été lancés sur les forces de l’ordre et les manifestants ont tenté de prendre d’assaut l’immeuble du parlement régional de Lombardie. La détérioration de la situation sanitaire et la réintroduction de ces mesures restrictives vont affecter la reprise économique dans la zone euro. Les probabilités de voir la Banque Centrale Européenne procéder à une nouvelle baisse de son taux directeurs dans les prochains mois seront scrutées demain lors de la réunion de politique monétaire de l’institut. Cette éventualité est de plus en plus admise par le marché même si pour l’instant le future sur l’EONIA (European OverNight Index Average) pour avril 2021 se situe à -0.50 %.


Aux Etats-Unis, toute l’attention se porte sur l’élection présidentielle qui est entrée dans sa dernière ligne droite. Les sondages donnent toujours Joe Biden vainqueur alors que les citoyens ont commencé à voter. Sur le plan économique, le président de la Fed de St-Louis, James Bullard, s’est déclaré optimiste quant à l’économie américaine. Il remarque une croissance soutenue au troisième trimestre. Une première estimation pour celle-ci sera publiée jeudi et les attentes sont élevées avec une croissance de 32 % contre une contraction au deuxième trimestre de 31.4 % sur base annuelle. Il rajoute que les USA ont bien géré la pandémie et qu’une sortie de crise est proche. Même si plusieurs états (Montana, Iowa, Minnesota et Wisconsin) ont annoncé un nombre record de décès dû au Covid-19.


Thomas Jordan, le Président de la Direction de la Banque Nationale Suisse, a déclaré hier que les taux négatifs et la ferme volonté de la banque centrale d’intervenir sur les marchés a préservé notre devise d’une trop grande attractivité. Après plusieurs semaines inchangées, les dépôts à vue auprès de la BNS ont augmenté de 1.85 milliards de francs la semaine passée. Cette dernière augmentation suggère que la banque est intervenue à nouveau sur les marchés comme son Président l’avait déclaré si elle le jugeait nécessaire. On relèvera par ailleurs que le très attendu rapport de l’Administration américaine sur les pays considérés comme manipulant leur devise ne sera pas publié, selon des sources internes, par le Secrétaire d’Etat au Trésor Steven Mnuchin avant le 3 novembre date de l’élection présidentielle. Ce rapport semi-annuel initialement attendu pour le mois d’avril est prêt mais Steven Mnuchin qui se concentrait sur l’effondrement de l’économie en a différé la publication.


La Banque Centrale de Russie a maintenu son taux directeur inchangé à 4.25 % lors de sa réunion de vendredi passé. Elle a revu très légèrement à la hausse ses prévisions de croissance pour 2020 ainsi que le prix du baril de brut de l’Oural. Elle a par contre réduit celles de croissance pour 2021 de 3.5-4.5 % à 3-4 %. La CBR a déclaré que la situation sur le front de l’épidémie s’aggravait que cela soit en Russie ou à l’étranger et si cette évolution devait se confirmer, l’institut s’attend à devoir procéder à un ajustement à la baisse de son taux d’intérêt. Les analystes estiment qu’une réduction de 0.25 % est possible lors de la réunion de décembre.


La livre turque s’effondre et atteint des plus bas historiques. La semaine passée, la Banque Centrale de Turquie a déçu les marchés en maintenant ses taux inchangés. Coincée entre le Président Erdogan qui souhaite maintenir des taux bas pour stimuler l’économie et favoriser les investissements et le marché qui attaque la devise, la CBT n’a pu que se résoudre à voir le dollar enfoncer le plafond des 8 livres pour un dollar pour atteindre 8.2475 ce matin. La perspective de sanctions imposées par les Etats-Unis après l’achat de missiles S-400 à la Russie, les tensions politiques avec la Grèce et dans le Caucase ainsi que la dernière altercation avec le Président français Emmanuel Macron fragilisent de plus la devise.