Dernières décisions de l’année pour les banques centrales

Dec 7, 2022
  • EUR/USD1.0453
  • USD/CHF0.9425
  • EUR/CHF0.9850
  • USD/RUB62.75
  • XAU/USD1'772.00
  • DOW JONES33’596.34
  • SMI11’109.33
  • WTI CRUDE OIL74.20
Le billet vert fluctue au grés des attentes sur l’évolution des taux d’intérêts aux Etats-...

Le billet vert fluctue au grés des attentes sur l’évolution des taux d’intérêts aux Etats-Unis mais globalement, la devise américaine reste faible. Le marché s’attend à ce que la FED ralentisse le mouvement haussier et a ainsi poussé l’Euro largement au-dessus de la parité contre le dollar. Après la publication des chiffres mensuels de l’emploi, vendredi, montrant que les créations ont certes ralenties en novembre mais moins vite que prévu et que la hausse des salaires restait importante (+0.6 % contre +0.3 % attendues), le scénario d’un ralentissement par la FED n’est plus aussi évident. La robustesse du marché du travail constitue en effet un réel problème pour la banque centrale américaine qui entend faire baisser l'inflation et les salaires entre autres à travers une dégradation du marché de l’emploi. Ces dernières données pourraient ainsi dissuader la Fed de réduire l’ampleur de ses hausses de taux malgré les dernières déclarations de Jerome Powell. Le président de la banque centrale a en effet évoqué, mercredi, une possible hausse des taux de seulement 50 points de base lors de la dernière réunion de l’année du Comité de politique monétaire les 13 et 14 décembre, contre 75 points lors des quatre réunions précédentes. Tous les scénarios restent ainsi ouverts pour décembre. D’autres données publiées sont réjouissantes pour la FED ainsi au troisième trimestre, la croissance du PIB a été un peu plus soutenue à 2,9 % contre 2.6 % précédemment en rythme annualisé. Les dépenses de consommation ont été revues à la hausse, de même que les investissements, les dépenses publiques et les exportations. Du côté des services aussi les nouvelles pour l’économie américaine se montrent rassurantes. L'enquête mensuelle de l'ISM montre que l'indice PMI des services a progressé à 56,5 contre 54,4 le mois précédent alors qu’il était attendu à 53,3. Pour le marché désormais cela sera plus particulièrement les données sur l'inflation publiées justement le 13 décembre, premier jour de la réunion, qui seront un dernier indicateur de l'ampleur de la prochaine hausse de taux.


Paradoxalement, l’Euro bénéficie de cette incertitude, quand bien même l’inflation est bien plus importante que la récession pointe sur le Vieux Continent et que les rendements en euros sont bien moins rémunérateurs. L’inflation a quand même connu son premier recul depuis juin 2021. La baisse des prix est restée faible en novembre sur un mois, à -0,1 %, mais bien plus marquée sur un an, passant de 10,6 % à 10 %. L’attention se portera ce matin sur les chiffres de la croissance attendu à 0.2 % pour le troisième trimestre. Cette nouvelle encourageante sur le front de l’inflation pourrait inciter la BCE à réduire aussi la voilure en ne relevant que d’un demi-pourcent son taux directeur lors de la réunion du 15 décembre. Pour le chef économiste de la banque de Francfort, Philip Lane, l’indice des prix à la consommation est probablement proche de son top. « Mais est-ce qu’il l’a déjà atteint ou y arrivera-t-il au début 2023, il est trop tôt pour le dire » selon lui.


En Suisse, le PIB a progressé de 0,2 % au troisième trimestre par rapport au précédent. Mais sur base annuelle le repli est impressionnant. Il a augmenté de 0.5 % contre 2.8 % précédemment. Une détérioration de la situation conjoncturelle est attendue ces prochains mois. Le baromètre conjoncturel du KOF a baissé pour le cinquième mois consécutif, pénalisé notamment par la catégorie de services. L’indice PMI manufacturier a, lui, reculé de 54,9 à 53,9 points en novembre une première contraction des commandes depuis l’été 2020.


La Banque Centrale d’Australie a augmenté son taux de base de 25 points pour le porter à 3,1 %, comme attendu. C’est la huitième hausse consécutive et le plus haut niveau depuis novembre 2012. Avec une hausse globale de 3 % depuis le mois de mai c’est aussi le plus important relèvement annuel depuis 1989. Le Gouverneur, Philip Lowe, a indiqué que des nouvelles hausses de taux devraient intervenir en 2023 mais leur ampleur dépendre des données économiques à venir.


La devise chinoise se reprend avec l’assouplissement des règles sanitaires dans de plus en plus de villes dont Beijing et Shanghai, une semaine après des manifestations historiques. Dans la capitale chinoise de nombreux commerces ont rouvert ce week-end et les habitants ont pu utiliser les transports publics. La devise chinoise avait atteint les 7.25 Yuan pour un dollar la semaine passée. El en faut désormais un peu moins de 7 pour un dollar.


A la suite d'une réunion de l'OPEP+, en ce début de semaine, qui a maintenu sa production en l'état et malgré le plafonnement des cours du brut russe, les cours du baril ont reculé. Le baril de WTI est passé de 82.72 dollars lundi à 73.41 dollars hier après-midi.